Bio

 

« Que soient reprises, en compagnie d’Eloïse Decazes, les « folk songs » d’un fameux disque de Luciano Berio et Cathy Berberian, ou bien que les poèmes de Walt Whitman ou Sylvia Plath s’incarnent en elle, la voie que trace Delphine Dora interpelle à force d’exigence, même si ça et là (et seulement ça et là insistons), il s’avère quasi impossible de ne pas songer à ses muses Nico, Sibylle Baier, Meredith Monk, Christina Carter, Tara Burke (Fursaxa) ou Josephine Foster. Sauf que l’univers de la française s’avère si singulier qu’il n’appartient qu’à elle, qu’elle que soit la multiplicité de ses influences à partir desquelles il s’est probablement construit, sous l’impulsion d’un lacher-prise fascinant, à partir d’un piano accompagné ou pas de vocalises, les improvisations coulent chez elle sans heurts, telles des compositions spontanées virginales et auréolées d’une poésie élusive. Le célèbre critique rock américain Byron Coley voit en elle quelque chose des sorcières du Mac Beth de Roman Polanski. Exagéré ou pas, la comparaison tente de dire le merveilleux d’un monde parallèle éminemment personnel. »
Philippe Robert (Agitation Frite III – Témoignages de l’underground français)

 

Bio (Fr)

Delphine Dora est une musicienne, compositrice, improvisatrice de France. En 2019, elle rejoint le post-diplôme « arts et création sonore » à l’ENSA Bourges pour enrichir sa pratique musicale vers la dimension du sonore, tant sur le plan de la composition qu’au niveau de sa relation à l’espace et à la diffusion. En tant que pianiste, sa musique semi-spontanée s’est enrichie de nouvelles sonorités au fil des années, dé-contextualisant son instrument de prédilection en l’agençant à de nouvelles textures et sources sonores : sons de clavier (orgue, clavecins, sons synthétiques), apport de l’ordinateur en tant qu’outil sonore, enregistrements de terrain / ou domestiques (field recordings), objets sonores, et parfois une gamme d’autres instruments (instruments à vent, cordes, percussions, électroniques, etc.).
La voix est également l’un de ses instruments privilégié : mise en voix et musique de textes et poèmes (Walt Whitman, Sylvia Plath, Kathleen Raine ou Ingeborg Bachmann, etc.), esquisses ancestrales chantées dans une langue imaginaire, travail vocal en relation à l’espace, intérêt pour les voix parlées…
Sa musique iconoclaste et en perpétuelle mutation, peut se lire comme un travail de cartographie personnel, basée sur une approche intuitive de la composition et nourrie de nombreuses approches : songwriting, improvisation libre, collage sonore, composition électro-acoustique, field recordings…Sa démarche se veut plurielle, sensorielle, poétique et expérimentale.

Depuis 2012, elle développe de façon active une oeuvre protéiforme dans différentes esthétiques musicales, constituée d’une vingtaine de disques parus sur des labels français et étrangers (three:four records (FR/Suisse), meakusma (Be), Feeding Tube Records (USA), Okraïna (Be), Fort Evil Fruit (Irl), Was Ist Das ? (USA), Bezirk (Angleterre), etc.), dont plusieurs ont été acclamés par la critique. En 2020, elle publie L’inattingible, son disque le plus ambitieux à ce jour, composé entièrement en français avec 14 musiciens du monde entier et une trentaine d’instruments : Adam Cadell (violon), Laura Naukkarinen (voix), Tom James Scott (piano), Sylvia Hallett (roue de bicyclette, vielle à roue..), Jackie McDowell (voix), Paulo Chagas (clarinette, flûte), Taralie Peterson (saxophone, violoncelle…), Gayle Brogan (violon, guitare, différents objets…), le fruit vert (synthé analogique..), etc.

En plus de son travail solo, elle a travaillé et collaboré – de façon épisodique ou régulière – sur disque et/ou concerts avec de nombreux musiciens français : Mocke (guitare), Eloïse Decazes (voix), Bruno Duplant (contrebasse, field recordings), Eric Desfour (violon), Fred Langronne (contrebasse), Gilles Deles (guitare..), Mathias Dufil (guitare…), Cathy Heyden (saxophone) et musiciens étrangers de la scène expérimentale : Sophie Cooper (trombone), Alessandro Bosetti (voix), Andrew Chalk, Wolf Eyes (électroniques, voix), le fruit vert (synthétiseur, orgue, field recordings, électroniques), etc.
Elle a également participé à des projets de performances (lectures musicales avec les écrivains Charles Robinson, Dana Hilliot ou avec la vidéaste, curatrice, géographe et poète Amy Cutler), performances sons-dessins projetées avec l’auteur-illustratrice pour la jeunesse Elis Wilk. Elle a également travaillé en collaboration avec le cinéaste et réalisateur Michel Zumpf pour des musiques pour son prochain film (le troisième volet du « géographe manuel » (à paraître en 2021).

En 2012, elle fonde le label Wild Silence où elle a sorti une vingtaine de disques pour son travail solo ou le travail d’autres musiciens français et étrangers oeuvrant dans des esthétiques allant du folk à l’ambient, de l’improvisation libre à la musique expérimentale. (Monte Isola, Ensemble0, Mami Wata, Richard Moult, Cristian Alvear, Lodz, Powerdove, Thollem McDonas, etc.).
Elle s’est produite en France et en Europe dans des lieux comme Cafe OTO (Londres), Brotfabrik (Francfort), Instants Chavirés (Montreuil), Cave12 (Genève), Ausland (Berlin), Ateliers Claus (Bruxelles), EACC – Espai d’art contemporani de Castelló (Espagne), Le Périscope (Lyon), Galerie de l’Art du Temps / Chapelle de l’Oratoire (Clermont-Ferrand), et des festivals comme Le Guess Who / invitée par Julia Holter (Pays-Bas), Fanø Free Folk Festival (DK), Supernormal Festival (UK), Copenhagen Jazz Festival (Danemark). Son travail musical est régulièrement diffusé sur de nombreuses radios indépendantes du monde entier : NTS, WFMU, Radio Campus, etc.
Parallèlement à son activité musicale, Delphine Dora développe une activité visuelle, à la fois photographique et plastique (dessins/peintures).

Bio (eng)

« Her back catalog covers a remarkably broad range of styles that often straddles the lines between jazz, improvisation, modern classical, avant folk, ambient, drone, and field recordings. Her work, more than anything, displays a pure fascination with sound. Her latest full-length album, L’inattingible, is arguably her most ambitious and highly orchestrated statement yet, marking a major creative leap forward for her as a songwriter and composer. It’s one of our favorite albums of 2020 so far. »
(David Perron – Free Form Freakout)

« Instant Classic ! I have no idea what language Dora is singing in – it might be french or it might be not a language but listen to the expression and you know exactly what she is saying. It’s like listening to 19th century-german lieder, except easier to enjoy. Not because the longest track is 2:55. Probably because she is writing for her own voice, and manipulates it effortlessly like a wizard – the best kind of vocalist. The piano is restrained – mostly playing a traditional harmonic rôle to support the voice – allowing the voice a landscape in which to emote all over you. The songs are short, as they have captured a moment. (…)  » (Julia Holter – L.A Magazine)

Delphine Dora is a musician, composer and improviser from France. In 2019, she joins the post-graduate « arts and sound creation » at ENSA Bourges to enrich her musical practice towards the dimension of sound, both in terms of composition and its relationship to space and diffusion. As a pianist, her semi-spontaneous music has been enriched with new sounds over the years, de-contextualizing the piano by arranging it with new textures and sound sources: keyboard sounds (organ, harpsichords, synthetic sounds), the contribution of the computer as a sound tool, field and/or domestic recordings, sound objects, and sometimes a range of other instruments (wind instruments, strings, percussion, electronics, etc.). The voice is also one of her main instruments: setting texts and poems (Walt Whitman, Sylvia Plath, Kathleen Raine or Ingeborg Bachmann, etc.) to voice and music, ancestral sketches sung in an imaginary language, vocal work in relation to space, interest in spoken voices…Her iconoclastic music can be read as a personal mapping work, based on an intuitive approach to composition and nourished by numerous approaches (plural, sensory, poetic, experimental) in various aesthetics : songwriting, free improvisation, sound collage, electro-acoustic composition, field recordings…

Since 2012, she has actively developed an unpredictable work in different musical aesthetics, consisting of about twenty records released on French and foreign labels (three:four records (FR/Switzerland), meakusma (Be), Feeding Tube Records (USA), Okraïna (Be), Fort Evil Fruit (Irl), Was Ist Das? (USA), Bezirk (England), etc.), many of which have received critical acclaim.
In 2020, she released L’inattingible
, her most ambitious record to date, composed entirely in French with 14 musicians from around the world and about thirty instruments : Adam Cadell (violin), Laura Naukkarinen (voice), Tom James Scott (piano), Sylvia Hallett (bicycle wheel, hurdy-gurdy…), Jackie McDowell (voice), Paulo Chagas (clarinet, flute), Taralie Peterson (saxophone, cello…), Gayle Brogan (violin, guitar, various objects…), le fruit vert (analog synthesizer…), etc.

In addition to her solo work, she has worked and collaborated – episodically or regularly – on records and/or concerts with many French musicians: Mocke (guitar), Eloïse Decazes (voice), Bruno Duplant (double bass, field recordings), Eric Desfour (violin), Fred Langronne (double bass), Gilles Deles (guitar, drums), Mathias Dufil (guitar…), Cathy Heyden (saxophone) and foreign musicians from the experimental scene: Sophie Cooper (trombone), Alessandro Bosetti (vocals), Andrew Chalk, Wolf Eyes (electronics, vocals), le fruit vert (synthesizer, organ, field recordings, electronics), etc.
She has also participated in performance projects (musical readings with writers Charles Robinson, Dana Hilliot or with video artist, curator, geographer and poet Amy Cutler), sound-drawing performances projected with author-illustrator for youth Elis Wilk. She has also worked in collaboration with filmmaker and director Michel Zumpf on music for his next film, the third installment of « The Manual Geographer » (to be released in 2021).

In 2012, she founded the label Wild Silence where she released about twenty records for her solo work or the work of other French and foreign musicians working in aesthetics ranging from folk to ambient, from free improvisation to experimental music : Monte Isola, Ensemble0, Mami Wata, Richard Moult, Cristian Alvear, Lodz, Powerdove, Thollem McDonas, etc.
She has performed in France and Europe in places such as Cafe OTO (London), Brotfabrik (Frankfurt), Instants Chavirés (Montreuil), Cave12 (Geneva), Ausland (Berlin), Ateliers Claus (Brussels), EACC – Espai d’art contemporain de Castelló (Spain), Le Périscope (Lyon), Galerie de l’Art du Temps / Chapelle de l’Oratoire (Clermont-Ferrand), and festivals such as Le Guess Who / invited by Julia Holter (Netherlands), Fanø Free Folk Festival (DK), Supernormal Festival (UK), Copenhagen Jazz Festival (Denmark). Her musical work is regularly broadcast on many independent radio stations around the world: NTS, WFMU, Radio Campus, etc.

Parallel to her musical activity, Delphine Dora develops a visual activity, both photographic and plastic (drawings/paintings).


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s